Kinésithérapie Ostéopathie

GÉNÉRALITÉS

L’objectif et le rôle des masseurs kinésithérapeutes ostéopathes, dans la prise en charge des traitements du cancer du sein, est de vous rendre vos “capacités fonctionnelles” , c’est à dire votre capacité et votre aptitude à mobiliser votre corps dans sa globalité , et plus particulièrement de retrouver toute votre mobilité de l’épaule et du membre supérieur (mais également parfois de l’équilibre de la colonne vertébrale) au décours du traitement chirurgical d’un cancer du sein. 

Il doit également se prévaloir d’une réassurance, d’un accompagnement afin d’accélérer et d’optimiser la reprise de toutes vos activités habituelles.

POURQUOI ? POUR QUOI ? POUR QUI ?

La chirurgie du cancer du sein, qu’elle soit conservatrice (zonectomie ou quadrantectomie) ou non conservatrice (ablation du sein dite mastectomie) , peut être génératrice d’effets secondaires (et parfois de complications) sur la mobilité de l’épaule, sur la peau du fait des cicatrices et sur la circulation lymphatique . La radiothérapie , quant à elle, peut être à l’origine de troubles cutanés (douleur, rougeur, œdèmes, induration…)

La rééducation a pour objectif principal de limiter les désagréments et l’inconfort de cette chirurgie , mais donc aussi de la radiothérapie 

 Les soins de Kinésithérapie après le traitement d’un cancer du sein ont pour but de : 

  • RETROUVER la mobilité de l’épaule et du membre supérieur  à l’aide d’exercices spécifiques et de réduire les raideurs (pour les gestes de la vie quotidienne mais aussi, ne serait ce que pour pouvoir mobiliser votre bras au dessus de la tête en prévision des séances de radiothérapie ) 
  • ÉVITER que vous n’adoptiez , par réflexe, de mauvaises positions qui semblent vous soulager sur le moment , mais qui peuvent être source d’enraidissement (appelées positions antalgiques “viciées”) 
  • ATTÉNUER les douleurs
  • TRAITER les possibles complications post opératoires veineuses et/ou lymphatiques, qui provoquent une sensation de gonflement de la peau (appelée lymphoedeme ou lymphocèle) , ou de fourmillement et/ou d’engourdissement , souvent Apres un curage axillaire, et plus rarement Apres le prélèvement du ganglion sentinelle. Cela pourra être également le cas Apres la radiothérapie . 
  • AIDER à la cicatrisation , que ce soit Apres la chirurgie initiale de votre cancer, Apres une reconstruction mammaire , ou Apres la radiothérapie , par la pratique de massages sur vos cicatrices et sur les tissus de la peau et/ou des muscles afin de les assouplir, et de limiter également de possibles complications inesthétiques . 
  • AMÉLIORER votre bien être général , en soulageant les points de tension non seulement sur la zone opérée mais également au niveau du cou et du dos 
  • OPTIMISER d’abord le ré apprentissage des gestes de la Vie quotidienne puis, progressivement, l’aptitude aux activités sportives (ou au moins une activité physique adaptée) et socio-professionnelles, ainsi que l’acceptation d’un nouveau schéma corporel . Tous ces objectifs permettant de limiter la perception et les craintes et appréhensions, légitimes et vécues par d’autres patientes , tant sur le plan sociétal , qu’aussi et surtout familial.

Le principe d’une rééducation doit être informative auprès de toutes les patientes opérées d’un cancer du sein , même si dans certains cas , elle ne sera pas obligatoirement nécessaire.

QUAND ?

1. APRES LA CHIRURGIE : C’est à ce moment là que les soins de Kinésithérapie interviennent dans la grande majorité des cas . 

QUELQUE SOIT LE GESTE CHIRURGICAL : 

La sensibilisation à l’intérêt de cette rééducation doit débuter en post opératoire immédiat ou dès le lendemain de l’intervention. Le chirurgien et/ou les kinésithérapeutes de la structure de soins ou vous avez été opérée doivent vous remettre à votre sortie une fiche informative ou un livret d’information , et un annuaire des praticiens proches de chez vous ou, à défaut , des kinésithérapeutes du réseau Diane. 

Après un bilan initial de la mobilité de l’épaule, il vous sera donné une information et un apprentissage simple sur certains exercices d’auto rééducation afin d’éviter un enraidissement précoce , lié a une appréhension de bouger le bras , et une prescription vous sera délivrée en vue de la rééducation. 

La première consultation avec le masseur kinésithérapeute doit idéalement survenir dans les 7 à 10 jours après le retour à domicile. Il vous expliquera le but et les moyens de votre prise en charge, en évoquant les diverses techniques (thérapies manuelles, étirements, mobilisation passive et/ou active de l’épaule, drainages, massages…). Cette rééducation n’est pas obligatoire en cas de chirurgie dite classique (ablation de la tumeur et ganglion sentinelle par exemple) si le bilan, effectué à ce moment là , ne note aucun trouble particulier. Elle est quasiment et systématiquement nécessaire après curage axillaire et après une reconstruction mammaire. 

Le traitement des cicatrices doit également être entrepris si il existe une sensation de tiraillement qui peut provoquer à bas bruit une position antalgique progressive , puis une raideur de l’épaule . La mobilisation et le drainage Manuel dans un premier temps favorisera une meilleure vascularisation cutanée et redonnera de la souplesse à la peau , tout en évitant précocement, de surcroît, une évolution  inesthétique. Divers types de pansements appropriés vous seront prescrits selon l’état de la cicatrice . 

RECONSTRUCTION MAMMAIRE 

Apres reconstruction mammaire, qu’elle soit immédiate ou différée, des thérapies manuelles douces et adaptées au niveau de la zone reconstruite permettront d’améliorer la vascularisation locale . Elle doit être systématique , et surveillée de façon étroite et collaborative entre le chirurgien et le kinésithérapeute.

RADIOTHÉRAPIE 

Vous pourrez également être amenée à consulter le kinésithérapeute au décours de la radiothérapie . En effet, celle ci peut être à l’origine d’une sensation d’échauffement et induire aussi des positions antalgiques pouvant limiter progressivement la mobilité de l’épaule. La radiothérapie est également source potentielle d’oedemes cutanés réactionnels. Des techniques douces de drainage manuel pourront vous soulager. Une fois les séances de radiothérapie terminées, d’autres techniques de massage permettront de redonner de la souplesse à la peau. Il est recommandé d’éviter les massages des cicatrices pendant la radiothérapie. 

2. AVANT LA CHIRURGIE :

Parfois, la prise en charge par les masseurs kinésithérapeutes se déroulera AVANT une intervention chirurgicale. Ce sera le cas , en particulier, avant une reconstruction mammaire afin de préparer la souplesse de la peau et des muscles , de “travailler” et libérer les adhérences du geste opératoire précédent (notamment lorsqu’il y a eu une ablation du sein , c’est à dire une mastectomie). 

Cette prise en charge avant la chirurgie se conçoit également chez les patientes qui présentent , après le diagnostic de cancer et avant la chirurgie initiale , des problèmes antérieurs et pré existants de mobilité du membre supérieur et de l’épaule . La prise de contact avec le kinésithérapeute permettra , dans ce cas précis, d’aborder les craintes et les doutes liés à l’intervention à venir , de préparer par des soins préalables la mobilité de l’épaule , et de répondre surtout à toutes les interrogations possibles sur “l’après chirurgie”.

COMMENT ?

Il est important que le premier rendez-vous soit anticipé pour mieux consolider votre relation avec le praticien qui prendra le temps nécessaire pour vous rencontrer , vous écouter sur vos différents traitements à venir (chimiothérapie ? Radiothérapie ? Seconde intervention ?) , vous faire un premier bilan Kinésithérapique (souplesse de la peau, mobilité de l’épaule…. ) . 

Cette première rencontre doit vous permettre de comprendre les diverses techniques utilisées , les objectifs du traitement, son caractère indolore (tout au plus parfois un peu désagréable), la fréquence et le déroulement des séances, l’adaptation et la réactivité vers d’autres techniques (via éventuellement l’avis d’un autre praticien expert sur une technique plus adaptée) en fonction de la rapidité ou non de l’évolution des symptômes. …. 

Elle se doit également d’établir une relation humaine et empathique avec votre “soignant”, ainsi que de ressentir une prise en charge personnalisée et adaptative en établissant en particulier les priorités fonctionnelles dans votre vie quotidienne, Cette personnalisation ne doit pas omettre d’être consensuelle , collective et interdisciplinaire avec les autres intervenants (chirurgien, oncologue, médecin généraliste …) qui seront tenus au courant de l’évolution de vos soins systématiquement par le biais du réseau Diane. 

En outre, en complément des séances , il vous incitera par un enseignement simple à effectuer des gestes simples à domicile entre les séances .

Les séances de massage et Kinésithérapie s’effectuent en moyenne au rythme de 2  à 3 séances par semaine , sur un nombre pré établi de séances prescrites par votre chirurgien initialement, et potentiellement renouvelables. 

Ces soins sont pris en charge par la Sécurité Sociale et remboursés intégralement , quelque soient le nombre de séances .

Pour toute question personnelle ou complémentaire, contactez les assistantes de parcours. Elles sont là pour vous orienter et vous aider.